Kimiko Yoshida - Japon -Les mariées intangibles - Autoportrait, 2005

Few news after a long silence: I moved to Libya where I am working on the creation of the Digital Center for the Conservation of National Archives ( مركز التوثيق الإلكتروني للأرشيف الوطني ).
More about this in a few weeks.

 

 

 

 

 

Meanwhile, I will participate to that conference “L’Orient créé par l’Orient” on the 10th of November at the Institut du Monde Arabe, Paris.  I will talk in the second panel: Nouveaux chantiers: archéologie, ethnologie, droit musulman.

Here is the complete program:  click, click

Le mercredi 10 novembre 2010, de 9h30 à 18h30

Institut du Monde Arabe / Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman

Coordinateurs : François POUILLON, EHESS & François ZABBAL, IMA

Read the rest of this entry »

Advertisements

How does a book live after its publication?

Last year, I announced  the release of the Dictionnaire des orientalistes de langue française (F. Pouillon ed., Paris, Karthala, 2008).   One year later, the book is almost outsold and received  a deserved (almost unexpected) audience. Therefore the critical work on evaluating orientalism is going on!

– A website has just been launched by the editors: http://dictionnairedesorientalistes.ehess.fr/
It features the life of the book after its publication (reviews, conferences, etc.) and the ongoing continuation of the work started in 2000: exploring new paths, intending reequilibration of the diverse geographical and cultural spaces of orientalism, forgotten names… Still in the making.

– A conference on orientalism 50 years after the Independances, 30 years after Edward Said’s book and polemics is being planned for June 2011 in Paris: “L’orientalisme, et après ? Médiations, appropriations, contestations“. It sounds as a promise for heated debates.
Read the rest of this entry »

Nouvelle publication!

January 3, 2009

cover

J’ai participé à cet ouvrage impressionnant et passionnant, à consulter et à acheter de toute urgence!

Dictionnaire biographique des orientalistes de langue française:

Du Maroc à la Chine, l’Orient n’a pas cessé de fasciner un Occident partagé à son égard entre la convoitise et la peur, l’enchantement et la répulsion, le désir de connaître et la volonté de conquête. De la Renaissance à nos jours, des hommes le plus souvent, des femmes quelquefois, ont parcouru les routes lointaines, appris des langues inouïes, observé des mœurs étranges et rapporté de leurs voyages des images, des manuscrits, des objets, des récits et des fables. D’autres en ont rêvé, parlé, sans jamais s’y rendre. Si le terme d’« orientaliste » nous reste surtout pour qualifier des productions largement fantasmatiques (peinture, romans), il est d’abord attaché à une discipline savante qui s’est inscrite dans des cadres institutionnels solides. Il y eut aussi des cohortes de voyageurs, de missionnaires, d’informateurs, des collectionneurs, des prédateurs parfois, qui ont parcouru l’Orient sous toutes ses latitudes et en ont rapporté quelque chose. Artistes et savants, hommes célèbres et modestes médiateurs, éminents professeurs et aventuriers ambitieux, auteurs de chefs-d’oeuvre reconnus ou de travaux obscurs : Read the rest of this entry »